Informations Générales sur le Brésil

Denière mise à jour le 15/10/2004

INFORMATIONS GENERALES SUR LE BRESIL

Nom officiel : République fédérale du Brésil

Superficie : 8 547 404 km2 (5ème rang mondial) ; 47,3 % du continent sud-américain

Capitale : Brasilia : autrefois située à Rio de Janeiro, la capitale du pays a été transférée en 1960 dans la ville nouvelle de Brasília, construite pour rééquilibrer le pays au profit de l’intérieur. Cette ville a été déssinée par l’architecte Oscar Niemeyer du temps de la présidence de Juscelino Kubitschek.

Villes principales : São Paulo (10 millions d’habitants), Rio de Janeiro (6 millions d’habitants), Pôrto Alegre, Salvador, Belém, Recife, Curitiba, Belo Horizonte, Manaus.

Population : 175,20 millions (6ème rang mondial) : 60 % de moins de 30 ans, 75% urbaine, 90 % de la population vit sur un dixième du territoire

Langue officielle : portugais.

Régime politique : république fédérale constitutionnelle : 26 états, 1 district fédéral – siège de la capitale – répartis dans 5 grandes régions administratives qui sont les régions Nord, Nordeste, Centre-Ouest, Sud et Sud-Est sous la responsabilité du chef d’état Luiz Inacio “Lula” Da Silva depuis le mois de janvier 2003.

Religions : la séparation de l’Etat et de l’Eglise eut lieu lors de la proclamation de la République en 1889, mais la liberté de culte est garantie par la constitution brésilienne : catholiques à 90 %, Mormons, et petites minorités de juifs, de musulmans, de bouddhistes, et d’adeptes du “candomblé” ( religion développée au Brésil par les esclaves Yorouba, du Nigeria et du Bénin) cohabitent.

Fête Nationale : 7 Septembre (Indépendance, 1822)

Devise Nationale : “Ordem e Progresso” (Ordre et Progrès)

Drapeau :

Le drapeau du Brésil est composé :
– de vert, pour la forêt
– d’un losange jaune, pour les ressources minérales
– d’une sphère bleue avec 27 étoiles (une étoile par Etat) représentées sous forme de constellations, qui évoque le ciel où brille la constellation de la croix du Sud, symbole de la civilisation chrétienne,
– une bande blanche qui traverse la sphère et qui porte la devise du Brésil.
Monnaie Nationale : Real (BRL)

Économie : pays atteint par une crise sociale profonde et une pauvreté qui touche une grande partie de la population. Parmi les dix premières puissances industrielles mondiales, indépendant en matières premières et en ressources minérales, sauf en ce qui concerne le pétrole, le Brésil se place aussi parmi les premiers producteurs agro-alimentaires et agro-industriels du monde.

PNB : 729,98 Milliards de dollars (2000) : le pays fait partie des 10 premières puissances mondiales.

Indice de Développement Humain (rang mondial): 0,750 (69)
Géographie

Les États se répartissent en cinq régions administratives : le Nord (Acre, Amapá, Amazonas, Pará, Rondônia, Roraima, Tocantins), le Nordeste (Alagoas, Bahia, Ceará, Maranhão, Paraíba, Pernambouc, Piauí, Rio Grande do Norte, Sergipe), le Sudeste (Espiríto Santo, Minas Gerais, Rio de Janeiro, São Paulo), le Sud (Paraná, Rio Grande do Sul, Santa Catarina) et le Centre-Ouest auquel est rattaché le district fédéral de Brasília (Goiás, Mato Grosso, Mato Grosso do Sul).

Le Nord est la plus grande région du pays et aussi la moins peuplée : elle comprend une partie importante de la forêt amazonienne et regroupe les 7 états suivants : Acre, Amapá, Amazonas, Pará, Rondônia, Roraima, Tocantins

Le Nordeste est la région où la pauvreté est la plus importante du pays, de plus il existe un problème de pénurie d’eau. C’est aussi sur ce territoire que se situent d’immenses domaines privés. Les 9 états du Nordeste : Alagoas, Bahia, Cearã, Maranhão, Paraïba, Pernambouco, Piaui, Rio Grande do Norte, Sergipe.

Le Centre-Ouest comprend les 4 états suivants : District Fédéral, Goias, Mato Grosso, Mato Grosso do Sul. Très peu peuplée, autour de la capitale Brasilia, cette région est principalement consacrée à l’élevage extensif.

Le Sud-Est constitue 10 % du territoire et 40 % de la population du pays vit dans les 4 états de cette région : Espirito Santo, Minas Gerais, Rio de Janeiro, São Paulo. Grande région agricole et dynamique du pays. Le seul état de Sao Paulo représente le PNP de l’Argentine.

Le Sud ne regroupe que 3 états : Paranã, Rio Grande do Sul, Santa Catarina. C’est, pour imager, le “Texas” brésilien, le pays des cow-boys (gauchos). Le climat est moins chaud et même froid à l’extrême sud du pays en hiver où il neige parfois. On peut y observer des sites naturels d’une rare beauté, ainsi qu’un mélange de populations de diverses origines, avec notamment une forte influence d’immigrants européens Allemands et Italiens

Pays limitrophes : Guyane et Guyane française, Suriname, Vénézuela et Colombie au nord, Pérou et Bolivie à l’ouest, Paraguay, Argentine et Uruguay au sud-ouest.

Cours d’eau : un des systèmes fluviaux les plus étendus au monde, avec plusieurs bassins hydrographiques, dont les plus importants sont ceux de l’Amazone, du Tocantins-Araguaia, du Paraná-Paraguay-Uruguay et du São Francisco. Les bassins de l’Amazone et du Tocantins-Araguaia, au nord et au centre du pays, représentent à eux seuls quelque 56% de la surface totale des bassins hydrographiques du Brésil.

L’Amazone, le fleuve le plus important du monde en volume d’eau, fait 6 577 km de long, dont 3 615 en territoire brésilien (80 000 m3/s à son embouchure), maximum 13 km de large ; minimum 1,5 km.

Climat : six zones climatiques : équatoriale, tropicale, tropicale d’altitude, tropicale atlantique, semi-aride et subtropicale.

Saisons : Printemps, du 22 septembre au 21 décembre; Eté, du 22 décembre au 21 mars; Automne, du 22 mars au 21 juin; Hiver, du 22 juin au 21 septembre.
Histoire

Le Brésil fut découvert, le 22 avril 1500, par le portugais Pedro Álvares Cabral à Porto Séguro (Bahia).

Les premières richesses du pays ont été réalisées par la culture de la canne à sucre. Deux siècles plus tard, en 1700, c’est la découverte de l’or puis des diamants dans l’état du Minais Gerais. Rio de Janeiro devient la capitale en 1763 et détrône Salvador capitale depuis 1549.

Sous l’autorité de la famille royale portugaise la deuxième partie du XIXe siècle, le Brésil connaît un essor économique important avec les productions de café et de caoutchouc.

La république est proclamée en 1889, l’esclavage vient d’être aboli par le monarque Pierre II, juste avant que celui-ci ne soit renversé

Le savoir-faire moderne vient d’Europe et accompagne les velléités d’orienter le Brésil sur le modèle américain.

La crise mondiale de 1929 a aussi ses conséquences sur le Brésil, sur ses cours du café notamment, et en 1930, Getúlio Vargas s’empare du pouvoir après un coup d’état. C’est “l’État nouveau”, selon un système totalitaire.

L’entrée en guerre aux côtés des États-Unis en 1942, va favoriser la croissance sous l’aile américaine.

Après le suicide de Gétulio Vargas qui laisse son empreinte sur cette société brésilienne moderne, Jucelino Kubitschek amène le miracle brésilien, l’explosion de l’automobile, la construction de Brasilia l’ultra moderne (1956).

Le 1er avril 1964, un coup d’état militaire annonce le début de 20 ans de dictature et d’une répression impitoyable. C’est en même temps un second miracle brésilien avec les nombreux capitaux internationaux qui affluent, mais orné de répressions, tortures, exécutions. Un vrai régime de terreur.

La fin de cette dictature et le retour à la démocratie vont laisser place à la déception, et naissent alors misère et exclusion sous la coupe d’une inflation galopante.

Après 1985, le pays vit des périodes troublantes de corruption avec la présence de lobbies ; on continue de préserver les privilèges, toujours dans un climat grandement inflationniste.

Depuis 1995, le plan Real qui est soutenu, on a l’impression d’observer une trêve dans la décadence des dernières décennies.

Le pays connaît bien entendu toujours la pauvreté, et les réformes (protection sociale, enseignement, santé publique) sont paralysées ; mais le peuple espère et attend des jours meilleurs.

Le Brésil avec son immense potentiel économque encore peu exploité se reserve encore de beaux jours devant lui.
Politique

Chacun des 27 États jouit d’une grande autonomie : il élit son gouverneur et possède son propre corps législatif. Le président de la République, élu au suffrage universel pour un mandat de quatre ans, est à la fois le chef de l’État et celui du gouvernement.

L’actuelle Constitution fut promulguée le 5 octobre 1988, en remplacement de celle datant de l’année 1969.

Le droit de vote est obligatoire pour les personnes alphabétisées entre 18 et 70 ans ; facultatif pour les personnes analphabètes, de 16 et 17 ans ou plus de 70 ans.

Le Congrès national du Brésil est composé de deux Chambres. D’une part, le Sénat avec 81 sénateurs élus pour huit ans, d’autre part la Chambre des députés avec 503 députés élus pour quatre ans. Les députés sont élus par chaque État fédéré en proportion de leur population.

La libéralisation du climat politique dans les années 1980 a permis l’apparition de près de 40 partis politiques. Parmi eux, on peut citer le Parti du front libéral, le Parti Progressiste Brésilien, le Parti du mouvement démocratique brésilien d’Orestes Quercia, le Parti des travailleurs de Luis Inacio (Lula) da Silva, ou encore le Parti populaire socialiste (nom du parti communiste brésilien depuis 1992).

L’ouveture vers l’extérieur du pays promulguée par le président Fernando Collor de Mello à la tête du premier gouvernement civil du pays, puis l’introduction du plan Real imposé par Fernando Henrique Cardoso qui jugula l’inflation, a permis au Brésil de s’élever au même niveau économique et industriel que les plus grans pays industrialisé de la planéte.

L’arrivée en janvier 2003 du nouveau Président, Luiz Inacio Lula da Silva, fera certainement partie des grands événements de l’histoire du Brésil. En effet, Lula est le premier Président du Brésil issu de la classe défavorisée et n’ayant aucun diplôme. Cet ancien ouvrier d’usine est depuis plusieurs années à la tête du parti travailleur et est déjà bien connu sur la scène mondiale. Un second grand changement survenu à la suite de ces élections est l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement de gauche. Cela pourrait entraîner de grands apports au niveau de la politique sociale du Brésil et permettre à ce pays d’améliorer les conditions de vie de sa population.

Le Brésil, indépendant vis-à-vis du Portugal depuis le 7 septembre 1822, est membre de :

AIEA, BID, BIRD, CCI, CISL, FAO, FMI, G-77, GA (observateur), GR, Groupe de Cairns, ISO, Intelsat, Interpol, LSCR, MNA (observateur), Mercosur, OEA, OMC, OMS, OMT, ONU.