Brésiliens résidents à l’étranger

Nous avons noté qu’il y avait un nombre non négligeable de brésiliens résidant à l’étranger qui se demandent si c’est un avantage pour adopter au Brésil.

Le fait d’être brésilien ou brésilienne résidant à l’étranger est effectivement un atout mais pas un passe-droit.

Il vous faudra passer par le meme processus que les Français et il vous faudra également passer par une OAA.

Vous parlez le portugais

Cela vous permettra donc évidemment de pouvoir :

  • Appeler les autorités brésiliennes dans leur langue, c’est plus facile.
  • D’avoir un accès direct par mail avec les assistantes sociales brésiliennes
  • De corriger les traductions des traducteurs assermentés
  • D’éviter éventuellement de passer par des intermédiaires (avocat, locations de maisons…)
convention de la Haye et l’interprétation de l’article 4b

L’article 4 b de la convention de la Haye “Les adoptions visées par la Convention ne peuvent avoir lieu que si les autorités compétentes de l’Etat d’origine ont constaté, après avoir dûment examiné les possibilités de placement de l’enfant dans son Etat d’origine, qu’une adoption internationale répond à l’intérêt supérieur de l’enfant”, Cela peut être interprété à l’avantage des brésiliens expatriés par rapport à des couples purement étrangers, car dans l’intérêt supérieur de l’enfant, il est préférable que l’enfant soit accueilli dans une famille qui est de culture brésilienne, car au moins l’enfant pourra être compris dès son adoption. C’est un argumentaire qu’il faudra mettre dans la lettre de motivation que vous allez envoyer à la CEJA. Les autorités brésiliennes peuvent éventuellement vous mettre en priorité dans la liste d’attente des étrangers, mais cela n’est pas systématique du tout.

Les fratries

Il est possible d’adopter des enfants qui font partie d’une fratrie qui sera divisée. Exemple : une fratrie de cinq enfants divisée en 3, il peut vous être attribué les enfants les plus jeunes de cette fratrie car vous êtes Brésilien. Dans ce cas, la CEJA choisit des couples qui habitent dans le même pays à condition de ne pas rompre le contact avec les autres familles. (L’état de Santa Catarina pratique ce genre d’adoption)

Adoption individuelle ou par une OAA? Aujourd’hui l’AFA n’étant pas acréditée par le gouvernement Brésilien à suivre les adoptions individuelles, le seul moyen d’adopter au Brésil est de passer par une OAA.

C’est un choix personnel, certains états n’autorisant pas les adoptions individuelles le problème est vite résolu. (exemple Rio Grande do Sul n’accepte pas les adoptions individuelles). Certains adoptants brésiliens sont passés par une OAA d’autres non. La tendance est néanmoins de ne pas passer par une OAA. Il n’y a donc pas de recette-miracle sur ce sujet.

Avocat ou pas d’avocat

Comme il est déjà indiqué dans la page “adopter au Brésil” , il n’y a pas non plus de recette-miracle sur ce sujet. Tout dépend de l’Etat dans lequel vous allez adopter et tout dépend également de vous, de votre connaisance du milieu de l’adoption au Brésil, des contacts que vous avez sur place. L’avocat ou l’intermédiaire saura pourtant vous alléger la lourde tâche administrative et vous donner donc du temps pour vos enfants. Nous conseillons donc de prendre quelqu’un pour vous aider. Attention si vous avez de la famille sur place soyez prudent, certain pensent qu’ils peuvent résoudre vos problèmes mais peuvent très bien vous mettre des bâtons dans les roues sans le vouloir.

Adopter dans un autre pays?

Il serait dommage de ne pas suivre la piste du Brésil en tant que Brésilien. Cela dit le Brésil est peut être un pays non compatible avec votre projet d’adoption. Pas exemple, il est impossible d’adopter un bébé de moins d’un an au Brésil ou il faut prendre en compte l’aspect financier de l’adoption internationale également. Cela dit, en tant que Brésilien, vous aurez la primeur de la liste d’attente. D’autre part le Brésil sépare souvent les grandes fratries, il se peut que vous puissiez adopter le plus jeune de la fratrie. Nous avons des cas d’adoption d’enfant d’à peine un an pour les brésiliens habitants en France.

Partir habiter au Brésil et faire une adoption locale, ce serait un moyen de ne pas passer par l’AFA, c’est un pratique complétement légale.

Vous pouvez envisager de partir au Brésil et faire une procédure locale. Pour cela il vous faudra au moins un an pour adopter au brésil voire plus si vous voulez un enfant en bas age. Cela est également valable pour les français qui peuvent également adopter en local.