Adopter au Brésil

Le Brésil est un pays qui pratique l’adoption internationale depuis fort longtemps et fort bien. Dans les années 1980, (selon le rapport de la “Mission sur le dispositif français de l’adoption internationale“) la Corée, l’Inde, le Sri Lanka, le Brésil, étaient les principaux pays d’origine, ils se sont peu à peu fermés pour laisser place à de nouveaux pays comme la Chine, Haïti, Madagascar, la Colombie et l’Ethiopie. Néanmoins le Brésil continue à pratiquer l’adoption internationale mais de manière plus structurée, la convention de la Haye a été signée par le Brésil le 29 mai 1993 et ratifiée le 10 mars 1999. Elle est entrée en vigueur le 1er juillet 1999.

Quel est votre projet d’adoption?

Au Brésil, adopter veut dire en général adopter des “grands”, il n’y a pas de bébés à adopter au Brésil, il est impossible d’adopter des bébés de moins de un an et la plupart des adoptions concernent des plus de deux ans, mais plutôt cinq, six ans et plus et souvent des fratries.

Cela dit, si votre projet aujourd’hui est d’adopter des bébés, ne rebroussez pas chemin tout de suite pour l’adoption au Brésil. Adopter des grands est une autre démarche et votre projet peut également évoluer vers des enfants plus âgés. Lors des discussions que vous aurez au sein du news group adoption Brésil, vous rencontrerez des couples ayant adoptés des grands (jusqu’à cinq enfants!), cela peut faire murir votre projet.

Il faut également prendre en considération que si votre projet d’adoption est celui d’adopter des enfants plus agés de cinq ans à dix ans voire plus, vous devez savoir qu’en France de nombreux enfants de cette tranche d’âge sont adoptables, il est important de demander à l’ASE de votre département les possibilités d’adoption de petits Français du même âge. Pourquoi donc aller chercher des enfants au bout du monde?

INFO APC
La plupart des propositions qu’APC reçoit concernent des enfants, seuls ou en fratrie, de 6 ans et plus, avec de temps à autre des fratries comportant un enfant plus jeune mais qui, en général, n’a pas moins de 4 ans. Autrement dit, les enfants Brésiliens ayant 4/5ans font partie de fratries, dont l’aîné a au moins 6 ans et généralement plus. APC considère que ce serait donner de faux espoirs aux familles que d’accepter d’étudier des projets qui ne correspondent pas à ces critères d’âge. Si vous êtes effectivement disposés à accueillir un enfant d’au moins 6 ans (pour l’aîné dans le cas d’une fratrie), votre projet aurait a priori des chances d’aboutir dans des délais acceptables (en moyenne 13/14 mois pour les dossiers déposés par APC). Dans le cas contraire, APC conseille plutôt de vous tourner vers un autre organisme pour un autre pays car, pour le Brésil, l’attente risquerait d’être longue et l’aboutissement incertain.

Le Brésil privilégie l’adoption nationale en conformité avec la convention de la Haye. Beaucoup de professionnels de l’adoption au Brésil ne sont pas favorables à l’adoption internationale et les autorités brésiliennes progressent dans ce sens. Les autorités donnent donc priorité aux résidents de l’état, puis aux Brésiliens des autres états, puis aux Brésiliens qui habitent hors du Brésil et enfin aux autres. C’est logique un Etat a pour objectif de garder ses enfants, de plus pour le bien-être de l’enfant, il faut mieux qu’il ne soit pas coupé de sa culture dans la mesure du possible.

Récemment, le Brésil a instaurée un cadastre national de l’adoption, CNA qui a justement pour but de faciliter les adoptions inter-état au Brésil. Ce qui va peut-être encore freiner les adoptions internationales, mais ce n’est pas si sur. Ce cadastre national va servir j’espère aux adoptions internationales.

Le Brésil accepte les adoptions en solo, c’est à prendre en considération. Le Brésil est un pays dit sérieux et stable en matière d’adoption internationale, pas d’interuption longue sinon quelques gréves de fonctionnaires (pas plus qu’en France) , toujours un flux d’adoptés régulier. Cela dit l’attente est longue, un an voire deux ans d’attente après l’agrément brésilien (le Laudo). De plus les brésiliens prennent de plus en plus conscience du problème des enfants abandonnés et l’adoption tardive est maintenant également courante chez les Brésiliens. La tendance est donc toujours vers la diminution en nombre et vers une augmentation de l’âge moyen des enfants adoptés.

Adoption individuelle ou Adoption uniquement par une OAA (Organismes agréés pour l’adotpion)?

Pour ceux qui ne connaissent pas le Brésil, il faudra mieux passer par une OAA qui fera les démarches, la liste des OAA pour le Brésil figure sur le site Internet de l’AFA (doc pdf) . On entend dire sur les forums de discussions que les OAA sélectionnent les candidats en fonction de critères (age, couple…) et qu’il faut rentrer dans un moule de type couple sans enfant entre trente et quarante ans. Les délais d’admission semblent très longs et quand on est déjà passé par la phase de l’agrément, on a l’impression d’avoir à recommencer à zéro. Sur le newsgroup adoptionbrésil animé par Souris Bleue, on a de quoi partager les expériences. On y organise même des pique niques

Voilà la liste des six OAA qui sont présentes au Brésil, elle n’ont pas changée depuis longtemps, cela dit, il faut bien se renseigner si elle y est toujours pratiquée en contactant ces OAA. (les liens renvoient vers le ministère des affaires étrangères)

Adoption en individuel. Aujourd’hui le Brésil n’accepte plus les adoptions individuelles, du fait que l’AFA sensée aider les adoptions individuelles n’est pas accrédité par le Brésil

C’est le registre des initiés ou des aventuriers. Les initiés sont ceux qui connaissent déjà ce magnifique pays aux milles contrastes. Ils ont de solides amitiés sur place (voire de la famille), ont déjà vécu au Brésil quelque temps, parlent la langue couramment. Bien sûr l’adoption individuelle est ouverte à tout le monde, mais il faut bien analyser de quel côté on se trouve : initié ou aventurier. Il est vrai que si on colle à la procédure, rien n’empêche de faire une adoption individuelle sans l’aide de personne, mais la pratique de la langue est un atout important pour celui qui veut adopter en individuel. Grâce à l’Internet et aux newsgroups, il est vrai que les personnes s’échangent des informations; les adresses, les noms d’avocats sérieux qui parlent le français… Il est donc possible d’adopter au Brésil sans vraiment connaître grand-chose du pays (mais pourquoi vouloir adopter au Brésil)?, n’oublions pas les enfants dans l’adoption, et ce n’est pas par exotisme que l’on choisit d’adopter au Brésil. Pensez donc bien votre projet d’adoption dans ce pays.

Adopter en Solo via OAA ?

Le brésil accepte les adoptions en solo. Nous ne connaissons pas la proportion d’adoptions en solo sur les 103 adoptions de 2003, mais à notre avis le nombre est peu élevé, cela ne veut pas dire non plus que le Brésil met des obstacles à l’adoption en solo, vous avez toutes vos chances. Du fait qu’il faille passer par une OAA, cela va surement compliquer les choses pour un projet d’adoption d’enfant peu agé, mais si vous voulez adopter un enfant de plus de dix ans, vous serez accepté sans doute

Où voulez vous adopter au Brésil?

Le Brésil c’est seize fois la France, c’est deux fois l’Europe élargie, c’est 26 états fédérés , c’est multicolore, multiculture, c’est immense. Le Brésil est la dixième puissance économique mondiale, et c’est aussi un pays avec 180 millions d’habitants. Vous avez le choix des Etats. Par où commencer?. La CEJA la Commission Estatal Judiciaire d’adoption est l’équivalent de notre département d’adoption de notre Conseil Général, il y en une CEJA par état, à vous de faire de faire la demande dans un ou plusieurs états. Certains états interdisent la multiple candidature comme Rio de Janeiro (toléré), d’autres n’autorisent pas les adoptions individuelles comme Rio Grande do Sul. Le site de l’AFA donne des renseignements sur chaque état, mais attention le site n’est pas forcément à jour. Il y a de fortes chances qu’à terme le Brésil interdise de déposer des dossiers dans plusieurs états, ceci pour alléger le travail des fonctionnaires qui n’ont pas à traiter des dossiers qui sont déjà en cours de traitement dans un autre état du Brésil, le CNA (cadastro nacional de adocao) a été institué fin avril 2008. Cela va faciliter l’adoption interne (inter Etats) chose qui était possible mais difficile avant l’instauration de ce fichier unique. il y a une forte volonté d’instaurer un registre unique des adoptions et ceux sur tout le territoire Brésilien. Cela dit la tâche est assez importante et ce système va avoir du mal à ce mettre en place.

D’un coté, pour l’adoption internationale g on pourrait comprendre aussi qu’il ne faudrait plus poser de dossier dans un Etat mais plutôt au niveau national, c’est un point que j’ai soulevé le 7 mai 2008, en réunion de préparation pour une conférence au Brésil, je vous donnerai la réponse d’ici peu.

La procédure

La procédure est “simple”, tout est expliqué sur le site de l’AFA. Une fois l’agrément en poche, il faut refaire un dossier à peu près similaire auprès de len indiquant l’état de son choix ou les états. Dans le cas de plusieurs états, il y a un dossier par état à constituer. Chaque état a des demandes spécifiques il faudra prendre soin de vérifier auprès de l’OAA (qui va vous mâcher le travail) le contenu du dossier. La MAI n’est pas au courant de tout, leur site Internet n’est pas à jour par conséquent il faudra contacter les CEJA directement (la MAI d’ailleurs encourage à le faire) pour avoir la liste des documents à fournir. La MAI se charge d’envoyer le dossier via le consulat français à la

L’OAA va donc s’occuper du côté administratif, votre dossier ou vos dossier vont être soumis à différents Etats Brésilien et la CEJA (Commission Judiciaire d’Adoption) concernée va ensuite prononcer le Laudo, c’est l’agrément brésilien. L’obtention du Laudo n’est qu’un délai administratif, il est rare (mais pas impossible) qu’un dossier soit rejeté pour l’adoption à partir du moment où le pays des parents adoptants a ratifié la convention de La Haye ce qui est le cas de la France. Les délais d’obtention du Laudo varient d’un Etat à l’autre. Il faut compter un 3 mois à un an pour l’obtention du Laudo. Ce Laudo est valable un an. Une fois le Laudo prononcé, les autorités brésiliennes doivent rechercher les enfants qui correspondent à vos critères. Le principe est que les enfants présentés à l’adoption internationale n’ont pas trouvé de parents Brésiliens. Une fois trouvé les enfants il y aura un contact direct ou au travers l’OAA que des enfants ont été trouvés. Généralement les contacts se font directement sans passer par la MAI, soit au travers de l’OAA, soit par le biais de votre contact sur place (avocat…) ou directement de la CEJA (généralement par mail ou par téléphone).

Pour partir au Brésil, il vous faudra impérativement repasser par l’AFA (votre OAA vous expliquera) à qui la CEJA enverra le papier comme quoi des enfants vous attendent. L’AFA vous demandera de remplir un formulaire comme quoi vous acceptez bien ces enfants pour l’adoption. Vous suivrez scrupuleusement la procédure de la MAI.

Arrivé sur place avec le visa spécial adoption (pour les brésiliens résidents en France, il n’y a pas besoin de visa) vous devrez passer un stage de “convivencia” avec votre ou vos enfants, avant que le juge prononce l’adoption plénière. Ce stage est généralement de six semaines (deux semaines pour les enfants de moins de deux ans) . Il faut compter donc huit semaines en tout avec les démarches administratives locales et l’obtention du passeport des enfants et du visa de sortie du ou des enfants. Pour l’obtention du passeport il faut être tous présents à la police fédérale. Pour l’obtention des visas de sortie c’est au consulat auquel est attaché l’état qu’il faut le réclamer. A priori pas besoin de se rendre avec toute la famille une seule personne suffit, et l’OAA se charge de tout.

Votre agrément ne doit pas comporter une limite d’âge (du type inférieure à 6 ans). A noter, à cet égard, que pour les Autorités brésiliennes l’expression “0 à 6 ans” signifie que l’enfant ne doit pas encore avoir fêté son 6ème anniversaire au moment de l’adoption. L’agrément comporte souvent une limite d’age, cependant certains départements comme le 92 ne font pas figurer la limite d’age, mais l’indique dans le rapport social. Il faut faire attention à ce détail très important, imaginez qu’après un stage de “convivence” au Brésil le juge s’aperçoive que votre ou vos enfants ne correspondent pas à l’âge marqué dans votre agrément. Evidemment l’autorité brésilienne et l’AFA doivent vérifier la conformité de votre démarche, mais il peut y avoir des vices de procédure (le juge peut changer, pendant la procédure, et vous pouvez tomber sur un juge très tatillon au regard de l’adoption internationale). Donc ne mettez pas en péril votre projet et vos enfants pour un détail.

Suivi du dossier (ce n’est pas une bouteille lancée à la mer)

Il est fortement conseillé de suivre son dossier dans les différentes étapes du traitement, cela est d’autant plus important quand votre adoption est faite en individuel. Voilà les synthèses des étapes :

  • Constitution du dossier : s’assurer que le dossier est complet. (piéces justificatives récentes)
  • Envoi du dossier à l’AFA: le dépot peut être fait en main propre, ainsi la vérificatoin du dossier ce fait devant vos yeux. En espérant qu’il n’y ait pas de retour à la case départ. Exemple un certificat de naissance qui date de plus de six mois (comme nous)
  • L’AFA envoie directement le dossier à la CEJA concernée
  • Accusé de réception comme quoi le dossier est bien parti au Brésil, cette notification est faite par courrier. Le dossier part au consulat ou à l’ambassade du brésil à Paris pour être visé par les autorités brésiliennes, revient à la MAI pour ensuite être envoyé au consulat Français au Brésil qui convient.
  • Réception du dossier au consulat Français : le dossier semble être traité rapidement il est envoyé ensuite à l’agence consulaire (si elle existe) de l’Etat Brésilien de votre dossier.
  • Réception par la CEJA du dossier : La Ceja réceptionne le dossier et normalement la notification de réception remonte jusqu’à l’AFA.
  • Accusé de réception par la MAI vers les parents adoptifs : Il n’y en a pas systèmatiquement, il faut donc téléphoner de temps en temps pour savoir où en est votre dossier, nous vous conseillons de le faire, même si cela ne donne pas de résultat direct. Téléphonez régulièrement à votre OAA également.
  • Accusé de réception par la CEJA comme quoi vous avez le Laudo : Meme s’il est dit que c’est l’AFA qui vous contactera quand il y a du nouveau, essayez quand même de les contacter, etr faites la même chose avec votre OAA, ainsi personne ne vous oublie. Il faut également trouver un moyen pour savoir si le Laudo a été obtenu. Dans notre cas nous avons eu l’information par mail.

Suivre votre dossier c’est donc appeler les différents organismes par lequel passe votre dossier (MAI, Consulat, CEJA). Evidemment si comme vous passez par un OAA ce travail est plus facile. Une fois le laudo obtenu, il faut essayer de suivre votre dossier, ne pas hésiter à envoyer un petit mai à l’OAA l aux autorités Brésiliennes pour souhaiter la bonne année, et également donner des nouvelles de votre projet, si vous êtes toujours intéressés… (ceci pour les adoptions individuelles). L’avocat peut également faire le suivi du dossier auprès des autorités, cela dépend de la formule choisie. Avec une OAA, c’est plus simple mais il faut de temps en temps se manifester, car vous montrez de l’intérêt proactif à votre dossier. rien à faire, attendre, attendre, jusqu’au coup de téléphone magique?

Coup de téléphone ou email (dans le cas d’une adoption individuelle)

Vous recevrez sans doute un mail et peut-être un coup de téléphone des autorités brésiliennes pour vous annoncer qu’ils ont trouvé votre ou vos enfants. Ce sera peut-être votre avocat qui vous informera. Pas de panique, il peut arriver que les enfants qu’ils ont trouvés ne correspondent pas à votre agrément ou que carrément ils ne sont pas adoptables et par conséquent ce n’est pas forcément le coup de téléphone magique mais plutôt l’assommoir. Un juge peut très bien décider de destituer le pouvoir familiale aux parents biologiques sous la seule condition que des parents adoptifs ont été trouvés. Le juge ensuite peut très bien choisir par la suite un autre couple qui correspond mieux au profil, ou dans le cas d’une fratrie peut décider de séparer la fratrie pour éviter que les enfants ne sortent du territoire brésilien.

Si tout va bien est que le coup de fil est vraiment le bon, la procédure administrative se remet en route. Les autorités Brésiliennes vont contacter le consulat Français au Brésil ou la MAI qui va exiger

Quand votre (vos) enfant(s) vous sera attibus (CEJA-AFA-OAA) une serie de papier avant de vous envoyer par lettre recommandée avec accusé de réception le document intitulé : “Acceptation du proposition d’enfant” qu’il vous faudra remplir, puis faire légaliser les signatures à votre maire et renvoyer à l’AFA. Les papiers échangés entre les autorités Brésiliennes et Françaises sont les suivants : courrier officiel d’attribution par la CEJA du ou des enfants aux parents, le certificat de santé du ou des enfants et le rapport social (en portugais)

Entre le coup de fil magique et la réception de ce papier il faut compter un mois. Tout dépend de l’efficacité des employés Brésiliens et Français qui sont souvent débordés. Une fois ce papier renvoyé à l’AFAil faudra ensuite faire la demande de visa d’adoption auprès du consulat du Brésil. Pendant ce temps l’AFA signera un paptier qui s’intitule Accord à la poursuite de la procédure. C’est un protocole inter pays.

Préparation du voyage et obtention du visa spécial adoption

Achat du billet d’avion

Il est possible d’acheter des billets d’avion “spécial adoption” au moins pour Air France et en cherchant un peu pour la Varig également (s’adresser à l’agence de Cognac)

Pour Air France, il font des facilités pour le départ et pour l’arrivée. Un report de date est gratuit la première fois et la deuxième fois c’est 100 € par billet d’avion. Pour la Varig il n’y a pas de report de date pour l’aller mais pour le retour il y a la possibilité de faire un report de date gratuit, le deuxième est payant mais on peut l’avoir gratuit si l’histoire qu’on raconte est bonne (maladie d’enfant).

Prévoir une très grosse marge pour le retour pour anticiper quelques aléas du type : gréve du tribunal, traducteur non disponible, gréve d’avion, maladie d’enfant et autre aléas. Nous imaginons que l’OAA va vous macher le travail sur ce sujet également.

Ensuite on ne peut vous souhaiter que “Bonne adoption”. L’OAA va vous prendre en charge, va vous trouver un hôtel, vous allez pouvoir vous consacrer à vos enfants pratiquement exclusivement, il n y’ aura que la visite à la Police Fédérale avec vos enfants pour qu’il puisse mettre leur doigt sur le passeport Brésilien à faire.

Pendant votre séjour, vous serez visité par deux fois par des assistantes sociales (à votre hotel), ou il faudra vous rendre dans la ville où vous avez adopté vos enfants. Il y a des chances qui vous ne passiez pas votre stage de convivence dans la même ville, du fait que souvent la ville d’origne de vos enfants peut être un trou perdu, sans structure d’hébergement adéquate.

Avant le passeport, vous allez également passer devant le juge qui prononcera l’adoption plénière. L’adoption pleinière est irrevocable, donc que vous avez ce papier vos enfants sont vos enfants

L’administration Brésilienne pour l’obtention du visa d’adoption (pour les parents non Brésliens)

On peut anticiper la préparation des papiers pour le visa avant même l’attribution des enfants, par exemple l’exemplaire du Laudo est exigé. Toutes les CEJA n’envoient pas ce papier, il faut donc le demander à la CEJA dès l’attribution. Toutes les CEJA n’envoient pas l’original, c’est le cas de Santa Catarina qui ne délivre que des copies certifiées conformes.

Voilà les pièces à fournir (voir également le site de l’ambassade du Brésil section consulaire et visa ou télécharger le fichier ici

” Deux (2) formulaires de demande de visa remplis et signés (sur place); le formulaire n’est pas disponible sur le site internet, il faudra le demander à votre arrivée au consulat.
” 75 euros, il faut apporter le montant exact.
” le(s) passeport(s) d’un minimum de six (6) mois de validité;
” 2 (deux) photos d’identité par personne;
” photocopie certifiée conforme de l’agrément; (lors de votre agrément demandez au moins deux à trois photocopies certifiées conformes comme cela vous n’aurez pas à refaire une demande pour le visa)
” photocopie du “Rapport Relatif aux Requérants “ou “Attestation d’entrée et de séjour permanent en France” délivrés par la MAI. (Le rapport relatif aux réquérants vous a été délivrés par la MAI lors du dépot de votre dossier pour le Brésil)
” photocopie de l’autorisation d’adoption (“laudo”) délivré par la Commission Judiciaire d’Adoption au Brésil; (vous pouvez demande cette photocopie dès que vous être au courant qu’on vous a attribué le laudo)
” photocopie de “L’attribution officielle” délivrée par la CEJAI, avec le(s) prénom(s) brésilien(s) et/ou le nom, la date et le lieu de naissance de(s) l’enfant(s) adopté(s); (Ce papier est délivré par la CEJA dans notre cas, il ne figurait pas la date de naissance de nos enfants, nous avons donc fournis également les certificats de naissance)
” les coordonnées COMPLETES de la personne qui s’occupe du dossier au Brésil – correspondante de l’association (fonction, nom, adresse, et numéro de téléphone). Nous avons mis le nom de l’assistante sociale de la CEJA
” Les coordonnées COMPLETES de la personne et de l’organisme ou de l’association habilitée qui s’occupe du dossier en France (fonction, nom, adresse, et numéro de téléphone); (Nous avons mis le nom de la personne qui s’occupait de notre dossier à la MAI)
” Le(s) billet(s) d’avion aller-retour ou l’attestation de voyage précisant la compagnie aérienne, les dates, les horaires et les numéros de vols.

En plus des documents qui figurent sur la liste, nous avons fourni également une photocopie de l’acte de naissance et la “continuidade do processo” (continuité de la procédure, envoyée par la CEJA, quand ils vous attribuent le ou les enfants, ce document qui ne figure pas sur la liste nous a été exigé).

Certains documents ont été envoyé par fax, d’autre par mail (scan de document).

Il faut prendre rendez-vous à l’ambassade du Brésil pour obtenir le visa qui est délivré dans l’heure. La personne en charge de l’émission du visa va scrupuleusement vérfier la conformité de tous les papiers.

Une fois dans l’avion soufflez un peu, car pour le retour une série importante de papier est à fournir

Passeport Brésliens de vos enfants

C’est une piéce obligatoire, elle s’obtient facilement et les autorités Brésiliennes le délivre en moins d’une semaine voire deux jours (si toutefois toutes les piéces figurent au dossier)

Les piéces à fournir sont les suivantes : (à mettre à jour)

Préparation pour le retour de vos enfants et l’administration Française

Vous trouverez la liste sur le site de l’ambassade de France

FORMALITES D’ADOPTION CONVENTION DE LA HAYE

I – Documents à fournir pour permettre à ce Consulat de débuter l’instruction du dossier
dès votre arrivée : par fax (33 71 54 09) Consulat de France à Sao Paulo, (pour les autres consulat consulter internet)
– l’acte de naissance d’origine de l’enfant,
– le jugement de garde provisoire,
– l’habilitation brésilienne
– le jugement de destitution d’autorité parentale.

II – Documents à fournir pour la délivrance du visa : (délai minimal de 48 heures et de 72 heures si fin de semaine entre l’interrogation et la réponse de la MAI)
Pour obtenir le visa d’adoption, la famille doit se présenter au Consulat quelques jours avant son retour en France, munie des documents ci-après désignés : – originaux –
– Jugement de garde provisoire
– Acte de naissance d’origine de l’enfant (un par enfant)
– L’habilitation brésilienne
– Nouvel acte de naissance de l’enfant après transcription de la décision locale sur les registres d’état civil (un par enfant)
– Jugement de destitution de l’autorité parentale ou d’abandon
– L’acte de décès du ou des parents si l’enfant est orphelin de père ou de mère, ou des deux parents
– Certificat attestant que le jugement de destitution est passé en force de chose jugée ou certificat du greffier attestant qu’il n’y a pas eu de recours ou que le délai de recours est écoulé
– Décision d’adoption
– Certificat attestant que le jugement d’adoption est passé en force de chose jugée ou certificat du greffier attestant qu’il n’y a pas eu de recours ou que le délai de recours est écoulé

– Autorisation de sortie du territoire
– 2 Accords à la poursuite de la procédure (un de France – de la MAI ou de l’Association qui vous suit dans votre adoption- et un du Brésil – de la Cejai compétente)
– Certificat de conformité, délivré par la Cejai compétente attestant que la procédure suivie bénéficie des dispositions de la convention de La Haye.

– TOUS CES DOCUMENTS DOIVENT ETRE TRADUITS EN FRANCAIS.
– TOUS LES DOCUMENTS EN PORTUGAIS DOIVENT ETRE REMIS EN COPIES CERTIFIEES CONFORMES (soit par le tribunal, soit par un cartorio)
“2 dossiers (photocopies certifiées conformes à l’original et à la traduction) des documents énumérés ci dessus, par un traducteur assermenté)” et un dossier (photocopies simples pour le Consulat)
Enfin pour le visa, il faudra ramener également :
– 3 Photos d’identité format 3,5×4,5 (par enfant) (attention ce format n’est pas standart, le consulat possede un scanner qui ne prend que ce format inconnu!!!)
– Contre-valeur de 15 € frais du visa, variable selon le taux de change, en réais et en liquide)
– Passeport de l’enfant (qui sera un passeport brésilien)
Au moment de la remise du visa, la présence d’un des parents est suffisante; la présence de l’enfant n’est pas nécessaire.
IMPORTANT : Il faut savoir que la non-présentation d’un des documents demandés pourra empêcher la délivrance du visa.